Papa

Papa©

Vers 1925 un jeune garçon voit le jour dans
un petit village qu’on appelle Fondati, dans l’Ouest du Cameroun.
On décide de l’appeler Alfred Antoine Mienje alias papa Mankandjou.

C’est un garçon très vif et dynamique, qui très tôt acquiert le sens de la responsabilité!
Car à moins de 20 ans, il est fonctionnaire aux P et T du Cameroun.

Qu’il aimait les femmes, n’était pas un secret, car il se marie une fois, deux fois, trois fois, quatre fois.
A la fin de l’équation il y a plus de vingt enfants. C’est à dire, je ne suis qu’un gosse parmi plusieurs gosses

Meu ndeu feuh mbéé, meu ngeu ngé laah po ndooh, meu ngeu ngéé tchooh nko, ssaah heu yo naa
Ndaah meu ngue nssi ssè lè, mpo nsooh a mooh chieu nou, ndeu meu fit na kwahssi, meu ya meu ndi ndé
Meu ndeu ssi mbéé mboua, mpo tchia téléfon, nsoorha ouandafout, moho kouheu

Ngeu meu nguè o Papa, ngeu meu nguè o Papa, kwé pheu meu nguè o Papa, Kwé pheu meu nguè o
Ndaah meu, ngeu meu kwahssi, mo tchiè mo ssi meu mbéé mbou yè yè yè
Mbou yio laah meu kwèh teu chieuh Kwé pouzeu, ssiè tchaah leu heu
Kwé mpou mbo laah meu kwè o, mbeu weuleu meu kwè o neu yi brheu
Ngeu meu ndohssio, meu tchi tcho Papa, meu tchi tcho mo ssi leuh yaaaaaa

Kwé phouh meu ngê o, Kwé phouh meu ngê o

Tes petits-fils, tes fils, tes femmes, tes frères, tes cousins, tes amis, tout le monde t’aimait Papa, tu peux te rassurer hein pour l’éternité, tu auras toujours une place dans notre cœur.

Tu étais un homme sans rancœur

Si t’avais assisté à tes obsèques Papa, t‘ aurais été fier de toi.
Car le village était plein de véhicules, plein de monde, il n’y avait pas moyen de bouger, tout était plein de fleurs

Pour moi t’étais le meilleur. T’avais toujours bon cœur

Meu ngeu meu kwahssi,
Mo tchiè mo ssi mbéé mbou
Meu ndéssi ndooh ssèè,
Meu ndaahssi yo, ndaahssi yo
Meu ndaahssi yo mbèèh méji

Meu neu liè wo, kwé mbé leu loh mpia po matoua
Meu sseu wé leu me fit na kwahssi,
Meu ya me ndi ndé é, meu ya me ndi ndé

Po juè mbo, po mpou mbo, meu kwéssi mpou tam fami laah meu kwè o
Ngeu meu nssohro, meu mbeu te nzè é, moho dja tam mbaahtam pouheu

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.